Bon, on prend le train ou on s'encule? Evidement, la première fois, ca surprend. Mais bon, faut pas s'énerver, y'a pas de soucy in the garden, détendez le string, coupez la ficelle. La bonne réponse est de toute façon: "moi, tu sais, les voyages..."

Qui parle ainsi? La même personne qui chante et chorégraphie Alizée en cours d'Anglais. Qui fait le pitre sur un socle de statue? Qui inonde la salle de douche? Qui est une "nasty boy"? Qui a fauché des kinders au boulanger étant petit? Qui écoute de la musique porno? Qui a tenté de me faire bouffer un mélange riz trop cuit courgettes brûlées? Qui fait des doigts d'honneur quand on la prend en photo? Qui s'est pété la gueule plusieurs fois comme une merde dans les escaliers? A qui ai-je prêté ma voiture, puis m'a rendu les clés tout en précisant que la voiture, elle a oubliée où elle est garée? Qui a marché sur le chat puis s'étonne "il ne m'aime pas!!"? La réponse est: la même personne qui n' a pas démoli le tiroir de la cuisine.

Mlle de Bourge.

La même qui descend les escaliers avec son attitude top bourge, sac longchamps-ipod-beret et son inimitable flexibilité du poignet. Tout en souplesse.

L'indescriptible Mlle de Bourge.
Des histoires du genre, j'en ai des kilomètres. Et j’ai des preuves pour presque chacune d’elle… Une bonne partie s'est produite en Chine, ou nous étions en villégiature pendant 6 mois avec des cafards et une punaise. Un sacré challenge où la de Bourge m'a surpris. Je ne pensais pas qu'elle s'adapterait aussi bien au nawak chinois. Il faut dire qu'elle s'entraîne en lisant attentivement Coquecigrue. Et aussi, certain des pédéblogueurs que je lui ai conseillés. Elle adore, évidemment. Mlle de Bourge, c'est une fille a pédé, même si elle ne veut pas l’admettre.
Pourtant, et contrairement à Lolotte, je n'ai pas vraiment de souvenir de notre rencontre, avec Mlle de Bourge. C'est sûrement parce que Mlle de Bourge est quand même plus discrète que Lolotte qui débarque toujours avec ses gros sabots, là ou Mlle de Bourge prendra soin de ses petits escarpin. Ou avec ses bottes de cuir Kozlika-like. Et l'une de ses 30 écharpes. Mlle de Bourge, elle ressemble à la fille de la pub bourgeois. D’ailleurs, elle a fait la séquence « faut qu’j’me fouette » au milieu de ma chambre. On a bien rigolé. Et elle m’a acheté le savon bourgeois aphrodisiaque, car elle me considère comme un obsédé du cul.


N’importe quoi.
Elle, elle se la joue prude et délicate, avec son savon bourgeois « extrait de douceur ».


Ce qu’elle ne dit pas, c’est qu’en l’essayant, elle a trouvé qu’il ressemblait à de la crème pour cul de bébé, et que la consistance ressemblait à de la morve. Elle est délicate et distinguée, Mlle de Bourge.

Mlle de Bourge, c'est tout en finesse qu'elle s'est introduite dans ma vie, c'est sans tambours ni trompettes qu'elle est devenu un sacré morceau de ma vie. Pourtant, c'est la reine de la réplique cinglante qui vous ferme le clapet en regrettant d'être né. Et ca n'est pas sa seule arme de destruction massive, hein: elle m'a fait subir "plus belle la vie" pendant des mois. Et elle me critique car je ne mets pas les étiquettes des draps du bon coté. Car oui, pour le drap du dessous, l’étiquette (qu’on ne voit pas puisqu’elle est sous le matelas) doit aller coté pied. C'est son coté Monica Geller.

Elle me répète que je ne suis qu'un gros connard cynique. Je rétorque qu'elle n'est une sale bigote naïve. Ensuite, je la laisse parler, ca finira bien par lui passer. Avec la de Bourge, on n'arrête pas de se fritter. Il faut dire qu'elle cherche toujours la merde et en plus, elle s'imagine avoir le dernier mot. Maitresse auto-proclammée du bon goût (ok, ok, j'admets qu'elle peut être de bon conseil), elle tente de me transformer en prout à chaussures bateaux et polos. Elle échouera. Mais comme elle préfèrera crever que lâcher le morceau, elle va continuer de me forcer à essayer des horreurs aux galeries Lafayettes quand je veux juste m'acheter un T-shirt de prolo chez Jules.

Mlle de Bourge, elle est capable de passer des heures avec ses amis. Elle en oublie parfois sa vie, et s'épuise à faire plaisir aux autres. Elle aime se sentir entouré d'amis, et met les valeurs de la famille au dessus de tout. Pourtant, je trouve que sa famille ne lui rend pas toujours tous les sacrifices et les effort qu'elle fait pour elle. J'ai d'ailleurs essayé de lui apprendre l'égoïsme. Je n'ai pas tellement réussi. Elle continue à avoir le coeur sur la main. "Et ma main sur ta gueule", dirait elle, car elle n'aime pas qu'on lui dise qu'elle est plus sensible et vulnérable qu'elle ne le montre. Du coup, elle fait la garce et la femme autoritaire, alors qu'en vrai, elle rêve toujours d'un monde de midinette et du prince charmant.

J'espère qu'un jour, elle le trouvera, car quand même, elle le mérite. Et puis, au moins, je pourrais lui acheter des menottes en doudoune rose. :fleur: