Pour éviter que je ne m'use le bout des doigts sur le clavier, Matoo a écrit pour moi ma critique de Shrek 3. Pratique! :fleur:

C’était vraiment difficile de faire mieux que « Shrek 2 », qui était un chef d’œuvre de parodie, de second degré, auréolé de personnages secondaires fabuleux comme le Chat Potté ou la fabuleuse Marraine (Jennifer Saunders), et affublé d’une morale non disneyenne à laquelle j’avais même adhéré. Donc je pensais bien qu’ils allaient partir dans une autre direction, et je me suis efforcé d’y aller sans m’attendre à quoi que ce soit.
Eh bien le gros hic, c’est qu’ils ont pris la même direction, mais ils se sont arrêtés en cours de route. Dingue ! Ce troisième opus de Shrek est loin d’être raté, mais il est un peu fadasse alors que tous les éléments sont là pour en faire un film du tonnerre. A chaque fois que l’occasion est donnée de jouer dans la parodie, avec en plus de nouveaux personnages excellents et à forts potentiels (la Belle aux Bois Dormant, Blanche-Neige etc.), c’est comme un pétard mouillé. Ca commence bien, et ça se termine en eau de boudin. Quelle déception…
Le début m’a un peu fait peur, et puis la mort du roi m’a rasséréné… Faire d’une scène tragique un épisode aussi comique est un bel exploit. Et l’utilisation de « Leave and let die » s’enchaine avec merveille, mais au moment où on pense que la musique va continuer sur le passage rock tonitruant, bah non, elle s’arrête, et on passe à la suite. Pareil pour la scène d’émancipation des princesses, et Blanche-Neige qui chante, mais tout ça pour ça… Bah non alors, y’avait trop de trucs géniaux à faire. Pareil pour la pédale qui kiffe les comédies musicales… Ou le rôle sensationnel que Merlin aurait pu avoir, mais là son potentiel comique est totalement inexploité.
Au lieu de ça, c’est sympa, agréable, chouette, rigolo, cool. Mais c’est tout, et c’est terriblement déjà vu. Si l’on ajoute en plus une morale cette fois purement disneyenne et neuneu, une histoire d’un classique absolu, et plus de vitriol, plus de dérapage (on n’est loin du string rose de Pinocchio, ou de l’herbe à chat du Potté), c’est globalement décevant. En outre, les images de synthèse sont correctes mais pas non plus d’un niveau à tomber par terre.
Heureusement, il reste tout de même quelques moments très marrants, des passages caca-pipi à la Shrek, et des répliques qui font leur effet. Cela reste donc un très bon divertissement, et l’assurance d’un agréable moment de cinéma. Mais quand c’est pour autant se vautrer dans le conformisme, alors qu’on s’est apparemment bougé pour justement continuer dans l’excellence et l’originalité, il vaut mieux laisser tomber les suites et miser sur quelque-chose de vraiment nouveau. La grosse déception vient surtout de ce qu’on sent parfaitement ce qu’il aurait fallu ajouter pour que ça fonctionne du feu de dieu.

Exactement ce qu'on pensait en sortant de la salle obscure avec la Cigale!

Allez hop, merci Matoonet! :kis: