Madame, monsieur

Nous sommes surpris de constater, malgré un précédent rappel, que le règlement des produits, dont le détail figure ci après, ne nous est toujours pas parvenu.
Nous vous serions particulièrement obligés de régler le montant de ces produits afin d'éviter les poursuites, passé un délai de trois jours, lesquelles entraineraient la facturation de frais variables supplémentaires.
En outre, le non paiement de ce montant entrainera la suppression de nos fournitures en énergie sans autre avis de notre part. Les frais résultant de la fermeture et de la réouverture des compteurs seront à votre charge.
Si des raisons impérieuses s'opposent à ce paiement, nous vous demandons de prendre rapidement contact avec nos services dont le numéro figure ci dessus.
Ne doutant pas de votre compréhension, nous vous prions de recevoir, Madame, Monsieur, l'assurance de nos courtoises salutations.

Facture contrat du 14.05.2007, solde +17.76 euros.

Moi qui ait horreur d'avoir des dettes et pour qui une créance se doit d'être honorée dès sa réception, j'ai cru défaillir hier en lisant cette lettre imprimée noire sur papier rouge. Et il est vrai que j'avais déjà ignoré la première lettre de rappel.

Pour ma défense, j'ai réglé mes dettes dès aujourd'hui. Pour ma justification, j'avais posté l'autorisation de prélèvement automatique 10 jours avant la première lettre de rappel. Comme il y avait plein de jours feriés à l'époque, j'avais tout mis sur le dos de la poste. L'autorisation était bien arrivé. Mais nul part, il n'était précisé que la première facture ne pouvait être réglée par ce même prélèvement.

Dixit la guichetière, je ne suis pas le premier...

Ouf! Je suis toujours un type bien comme il faut qui paye ses créances à l'échéance. Qu'on se le dise!