Je ne côtoie mon propre blog que par l'interface de gestion de dotclear (1.2). Du coup, j'en oublie parfois la vitrine, ce que vous, vous voyez, du moins pour ceux qui ne lisent pas les billets directement sur le RSS. Pour une fois, je me suis un peu penché sur la question la semaine passée, afin d'évaluer le futur de ce lieux. Du coup, j'ai réalisé que mon blog était à des années lumières des canons de la modernité actuelle. Et aussi, j'ai réalisé que, sauf quelques arrondis sur les étoiles rouges, rien n'avait changé depuis mes débuts de blogueur. En Décembre 2004, ce blog était déjà comme ça. Pas de changement de couleur. Pas de changement de thème graphique. Pas de changement de disposition. Pas de changement dans la side-bar. A peine une évolution dans les noms de catégorie.

Si les écrans diffusaient une odeur, une connexion sur rouge-cerise.net exhalerait une entêtante odeur de naphtaline. Cette odeur un peu bizarre, synonyme de vieilles dentelles, de draps blancs jaunis par le temps, de costumes en tweed qui dorment dans les vieilles armoires de bois qui grincent quand on les ouvre.

J'aime les vieilles armoires en bois qui grincent quand on les ouvrent. Ca me rappelle des souvenirs chez mon arrière grand mère, quand elle... Non, c'est une autre histoire. Je me laisse emporter par de vieilles émotion. Dieu que je regrette cette époque.

Mon blog, donc, sent le vieux costume de tweed, marron-gris à fines rayures jaunes. L'envers, avec son thème vieillissant. Ses petites lignes fines. Son blanc qui, lui, n'a pas jauni. Ses petites étoiles rouges qui s'échappent du cadre. Ce thème fait vieux. Il fait blog-2005. On dirait une vieille charrette. Voilà pour l'envers.

Qu'en est il du revers? Oh, ce n'est guère mieux. J'ai comparé avec mes deux chouchous-blogs, découverts récemment. Quel drame! Chez moi, le internet-social-networking 2.0 est resté sur le palier: Pas de mobloging-flickr, pas de post-it express, pas de myblog-log avec sa mosaïque de portraits, pas de netvibes-link; pas d'instant-messaging, pas de Bloger-snap et ses photos de webcam, pas de podcast, encore moins de radioblog, pas de Nabaztag, pas de snapshot.

Rien à faire... Mon blog, quand on le voit, on dirait la vieille nappe en coton blanc d'un mariage en 1967, qu'on aurait depuis soigneusement plié, repassé et rangé avec les autres reliques d'une époque révolue.

...